• Géraldine

Faut-il faire appel à un service de correction externe en tant que maison d'édition ?


Que votre maison d'édition soit déjà bien ancrée dans le paysage littéraire ou encore au stade embryonnaire, vous pourriez vous demander si ça vaut le coup d'investir dans un service de correction interne ou s'il vaut mieux faire appel à un correcteur externe. Comme vous le verrez, la réponse à cette question n'est pas si facile… Mais nous allons faire de notre mieux pour vous aiguiller !


Les avantages et inconvénients d'un service externe


Simplification du service


Faire appel à un prestataire de services pour son entreprise n'est pas quelque chose de nouveau. Beaucoup d'entreprises le font déjà, que ce soit pour leur comptabilité, leur recrutement ou encore leur communication. Même s'il n'est pas nouveau, ce phénomène devient plus fréquent au fil du temps et touche toujours plus de domaines. Il y a une bonne raison à cela : externaliser certains services simplifie considérablement la gestion des ressources humaines ! Il n'est plus nécessaire de s'embêter avec les charges, les horaires, les bureaux, le matériel… Tout cela devient le problème de votre prestataire de services qui, en échange, gagne en liberté, en flexibilité, peut fixer ses prix et choisir son nombre de clients… En bref, tout le monde y gagne. Vraiment ?


Moins de contrôle sur le service externe


Cette présentation idyllique devient parfois une réalité, pour le plus grand bonheur de tout le monde. Mais il arrive parfois de tomber sur des prestataires négligents ou peu qualifiés, ou simplement tête en l'air ! Ces prestataires peuvent vous provoquer plus de stress qu'ils n'apaisent vos problèmes, et votre marge de manœuvre face à eux est réduite. Ne reste plus qu'à changer de prestataire, en espérant en trouver un qui fera l'affaire !


Les intérêts économiques d'un correcteur externe


Un travail ponctuel


Les avantages et inconvénients mentionnés ci-dessus sont communs à tous les prestataires de services. Il est temps de se recentrer sur les correcteurs en particulier ! À moins que votre maison d'édition soit déjà bien installée, avec un calendrier de publications bien fourni, vous n'avez probablement pas suffisamment de travail pour rémunérer un correcteur à temps plein. Ce travail est souvent inégal, avec des périodes d'activité intense, suivies de périodes de creux. Externaliser la correction à un partenaire de confiance vous permet de répondre à vos besoins en matière de relecture, sans avoir à payer quelqu'un toute l'année. Cela vous permettra de réorganiser votre budget afin d'investir davantage dans la promotion de vos livres, par exemple.


Une tarification claire


Lorsque vous faites appel à un correcteur relecteur, c’est que vous avez une mission précise à lui proposer (souvent la correction d'un manuscrit), avec un tarif fixe et une échéance définie. Les éléments pris en charge par le correcteur sont convenus au préalable (fautes d'orthographe et syntaxe uniquement ? Mise en pages ? Etc.), ainsi vous savez toujours à quoi vous en tenir. Vous savez exactement ce que vous payez, et contrairement à un salarié, vous n'avez pas à payer de charges supplémentaires. Ce qui n'est pas négligeable du tout !


Les correcteurs externes, plus objectifs que les correcteurs internes ?


Une relecture indépendante des attentes de la maison d'édition


Vous avez suffisamment de fonds (et de livres à corriger) pour payer le salaire de correcteurs ou correctrices à temps plein, une organisation aux petits oignons qui vous permet de gérer vos employés avec fluidité, et vous êtes en prime parfaitement satisfait du travail de vos salariés ? Il n'y a donc aucune raison de faire appel à un service de correction externe, n'est-ce pas ?

Tout d'abord, toutes nos félicitations pour votre réussite ! Et ensuite… Détrompez-vous ! Vous pourriez bien avoir besoin d'un correcteur externe quand même, bien que les raisons n'aient rien à voir avec les intérêts économiques et logistiques. Le fait est que, en tant que maison d'édition, vous avez envie de vendre vos livres, ce qui est normal. Vous les choisissez, travaillez et corrigez dans ce sens : obtenir un livre qui corresponde à votre ligne éditoriale et qui se vende. Mais cette pression de la rentabilité peut influencer vos correcteurs, qui préféreront lisser le livre pour qu'il soit conforme à vos attentes d'éditeur, plutôt que de faire ressortir la plume et la singularité de l'écrivain. Ce processus, souvent inconscient, est plus facilement déjoué par un œil extérieur. En effet, les correcteurs externes ont cet avantage considérable de ne pas dépendre de votre maison d'édition pour vivre, contrairement à votre service de correction interne. Ainsi, ils peuvent exercer leur métier en toute objectivité, sans être parasités par la nécessité de vendre à tout prix. Bien sûr, cela ne vous empêche pas de partager vos directives afin de faire respecter votre charte éditoriale, bien au contraire !


Deux relectures valent mieux qu'une


Nous avions dit au début de notre article que la réponse à la question « faut-il externaliser son service de correction en tant que maison d'édition ? » n'était pas si facile, et pourtant les avantages semblent jusque-là plutôt évidents. Qu'est-ce qui pourrait faire pencher la balance en faveur des correcteurs internes, dans ce cas ? Eh bien plusieurs choses en réalité, notamment le fait qu'il est parfaitement humain de vouloir avoir un service de correction interne, car cela favorise la confiance et la communication, malgré les désavantages économiques. Mais surtout, la vérité, c'est que deux corrections valent mieux qu'une. Deux regards différents sont plus performants qu'un seul. Ainsi, si vous pouvez vous le permettre, l'idéal est de faire appel à un correcteur externe en plus de votre propre service de correction. Les correcteurs pourront voir plus de choses et se compléter dans leurs remarques, et vous aurez des livres de qualité, corrigés avec justesse et efficacité.


Externaliser ou non son service de correction est une question encore épineuse à laquelle il n'est pas toujours évident de répondre. Parce que la réponse dépend du budget, de la quantité de travail, de la manière dont vous vous représentez les relations professionnelles… Difficile de trancher ! Mais si Vscript devait vous donner un seul conseil, ce serait celui-ci : ne lésinez pas avec la correction et offrez-vous le meilleur. Vos auteurs et vos lecteurs vous remercieront !

73 vues0 commentaire