• Géraldine

Trois conseils pour apprendre à se relire avec efficacité

Savoir quand faire appel à un correcteur professionnel est une compétence sous-estimée. Il n'est cependant pas toujours pertinent de faire appel à un correcteur… Ce qui ne signifie pas que vos textes n'ont pas besoin d'être relus, mais simplement qu'ils doivent l'être par vous. Alors voici trois conseils pour apprendre à se relire soi-même !



Se relire à l'envers


Le principal problème lorsque l'on tente de relire son propre texte, c'est que l'on manque de recul sur ce que l’on a écrit. On se retrouve emporté par les mots et l’on ne fait plus attention aux détails. Or, le diable se cache dans les détails, c'est bien connu ! Pour réussir à contrer ce phénomène, l’astuce est de se relire à l'envers : les fautes d'orthographe, d'accord ou de conjugaison nous sautent plus facilement aux yeux lorsque l'on se détache du contenu du texte. Nous vous conseillons donc de relire votre texte paragraphe par paragraphe, mais en commençant par la fin, du dernier paragraphe au premier. L'exercice peut sembler un peu déroutant au début, mais il s’avère généralement très efficace.


Relire à voix haute


Les fautes d'orthographe ne se révéleront pas forcément à l'oral, mais rappelez-vous vos dictées à l'école, les professeurs savaient faire apparaître les accords, donner le rythme, révéler la cohérence du texte. En relisant à voix haute votre écrit, vous repérerez plus facilement les endroits où cela ne va pas. Où cela ne sonne pas juste à l'oreille. Bien sûr, il est possible de se tromper. Certains, en se relisant, verront avec effarement qu'ils ont glissé un « malgré que » dans leur texte et se corrigeront. D'autres ne seront pas choqués et la faute restera en place.

Allez, chez Vscript nous sommes charitables : « malgré que » ne s’emploie que très rarement. Si cette expression figure dans votre texte, vous pouvez la remplacer par « bien que » ou « malgré » suivi d'un groupe nominal. Ainsi « malgré qu'il soit fatigué » deviendra « bien qu'il soit fatigué » ou « malgré sa fatigue ». C'est cadeau, ne nous remerciez pas !

La lecture à voix haute vous aidera à reconnaître vos erreurs…, seulement si vous savez que ce sont des erreurs ! C'est là sa principale limite. Mais entendre son texte permet bien souvent de reconnaître les tournures et les formulations bancales, alors lancez-vous !


Corriger un type de faute à la fois


Vos deux premières relectures ne vous suffisent pas ? Vous sentez que votre texte n'est pas aussi abouti que vous le voudriez, et vous souhaitez une méthode efficace pour éliminer le plus de fautes possible ? Alors vous allez devoir effectuer plusieurs relectures, en corrigeant seulement un type de fautes à chaque fois. Et comme décidément nous sommes très généreuses, voici quelques points à corriger absolument :


Les terminaisons en é, er ou ez


Une faute facile à déjouer, mais que l'on fait trop souvent. Dès que vous voyez un verbe qui se termine par « é », « er » ou « ez », faites le test : remplacez-le par un verbe du troisième groupe, « mordre » par exemple. Diriez-vous « mordu », « mordre » ou « mordez » ? Pas besoin d'aller plus loin, vous avez votre réponse ! Vous pouvez corriger votre verbe en conséquence. En gardant votre verbe originel, bien entendu, ne mettez pas « mordre » partout !


Les homonymes


Il n'y a pas de règle infaillible pour distinguer les homonymes, ces mots qui ont la même sonorité mais un sens différent. Le plus simple, dès que vous butez sur un mot et que vous ne savez pas quelle forme utiliser (cœur ou chœur ? Filtre ou philtre ? Pour celui-là, la réponse est ici : https://www.linkedin.com/posts/vscript-correction-de-textes_vscript-correctiondetextes-relecture-activity-6881966327666421760-PlkW !), est encore d'aller vérifier. Eh oui, cela peut être long et fastidieux comme exercice, mais la relecture est rarement une promesse d'amusement !


Les noms propres


Qu'il s'agisse de votre interlocuteur, d'un lieu célèbre ou d'un illustre inconnu, il est impensable de mal orthographier son nom ! En plus, c'est facile : les noms propres commencent tous par une majuscule (si ce n'est pas le cas, mettez des majuscules à vos noms propres !), et il suffit généralement de taper le nom propre dans un moteur de recherche pour en vérifier l'orthographe. Et s'il s'agit de votre interlocuteur ou d'une personne que vous êtes supposé connaître, son nom se trouve probablement quelque part dans vos anciennes discussions ou vos documents !


Les accords sujet – verbe


Faites une relecture en vous arrêtant à chaque verbe conjugué. Et à chaque fois, vérifiez son sujet : pluriel ou singulier ? Masculin ou féminin ? Les paramètres ne sont pas nombreux et faciles à obtenir, alors plus d'excuse pour mal conjuguer vos verbes ! Et si vous avez des doutes, un simple coup d'œil au Bescherelle ou sur internet vous permettra d'obtenir l'information qu'il vous faut.


Distinguer « a » et « à »


Comme pour la règle des « é/er/ez », il est assez facile de faire la différence entre « a » et « à ». Assez facile, à condition de s'en donner la peine ! Là encore, faites une relecture en vous arrêtant sur chaque « a » ou « à » de votre texte. Et à chaque fois, demandez-vous si vous pouvez le remplacer par « avait » : si oui, c'est « a » (la troisième personne du verbe avoir à l’indicatif), sinon, c'est « à » (la préposition). Simple, rapide, et vos lecteurs apprécieront !


La ponctuation


Trop souvent négligée, la ponctuation est pourtant tout aussi importante que les fautes d'accord, de concordance des temps, etc. En vous relisant, faites un arrêt à chaque ponctuation et demandez-vous si elle est bien placée. Si la virgule sépare le sujet du verbe, c'est non ! S'il y a trop de pauses dans une phrase, c'est non. S'il n'y a pas de majuscule après votre point, c'est non… et s'il y a une majuscule après vos deux points, c'est non également. Idem après un point-virgule, il n'y a pas de majuscule !


Avec une bonne méthode, la relecture est un travail long et minutieux. Sans la bonne méthode, c'est un travail long, minutieux, et souvent inefficace. Alors prenez le temps d'apprendre à vous relire, cela vous aidera beaucoup ! Un courriel, un article ou n'importe quel autre message rempli de fautes d'orthographe risque de vous décrédibiliser aux yeux de votre interlocuteur. Mémorisez le plus de règles possibles ou notez-les quelque part, et relisez-vous autant que possible. L'exercice deviendra plus facile à force de pratique !

77 vues0 commentaire