top of page
  • Photo du rédacteurGéraldine

Corriger un texte traduit

Lorsque vous faites traduire un texte, vous pouvez être tenté de penser que le travail s'achève une fois la traduction terminée. Cependant, la correction de cette traduction est une étape cruciale et indissociable du processus de traduction pour s'assurer de la qualité et de l'exactitude du texte final. Les traducteurs et les correcteurs jouent des rôles complémentaires et essentiels pour garantir une traduction réussie, et dans cet article, nous explorerons pourquoi la correction d'une traduction est essentielle, comment elle doit être effectuée, ainsi que les défis auxquels les traducteurs et les correcteurs sont confrontés.


Pourquoi corriger une traduction ?


A priori les traducteurs savent faire leur travail : ils connaissent parfaitement la langue française et lorsqu'ils traduisent un texte, ils le font avec application, dans le respect du français. Alors pourquoi faire appel à un service de correction ? Il ne s'agit pas de remettre en cause la compétence des traducteurs. De même qu'un auteur a besoin d'être relu, malgré son talent et son expertise, les traducteurs ont parfois besoin d'un coup de pouce, eux aussi.


Les traducteurs ne sont pas infaillibles


Les traducteurs, aussi talentueux soient-ils, ne sont pas infaillibles. Traduire un texte implique de naviguer entre les nuances linguistiques et culturelles de deux langues, ce qui peut mener à des erreurs occasionnelles. Malgré leur connaissance du français et de la langue source, les traducteurs peuvent parfois manquer des subtilités ou faire des choix qui, sans une relecture approfondie, altéreraient le sens ou la cohérence du texte final. La correction sert donc à détecter et à corriger ces erreurs, permettant ainsi la bonne compréhension du texte.


Les traducteurs n'ont pas l'expertise des correcteurs


Si les traducteurs sont des spécialistes de la langue et de la traduction, les correcteurs apportent une expertise supplémentaire en matière de grammaire française, d'orthographe, de style et de rédaction. Ils sont spécifiquement formés pour repérer les erreurs linguistiques et les incohérences dans un texte, et pour améliorer la clarté et la fluidité du contenu. Alors que les traducteurs se concentrent sur la fidélité au texte source et sur la transposition des idées dans une autre langue, les correcteurs s'assurent que le texte final est fluide, naturel et parfaitement adapté au public visé. Leur rôle est essentiel pour rendre la traduction compréhensible et engageante dans la langue cible.


Comment corriger une traduction ?


Corriger un texte traduit n'est pas du tout le même exercice que corriger un texte rédigé en français. Les erreurs ne vont pas se situer aux mêmes endroits, il est donc essentiel de bien savoir à quoi s'attendre.


Comparer avec le texte source


La première étape de la correction consiste à comparer attentivement la traduction avec le texte source. Eh oui, impossible de corriger une traduction si l'on ne maîtrise pas la langue d'origine ! Cette comparaison minutieuse permet surtout au correcteur de ne pas se tromper dans ses corrections et de ne pas ajouter de contresens en voulant bien faire. La comparaison permet également de s'assurer que le traducteur a fidèlement restitué les idées développées dans le texte source ainsi que le ton adopté par l'auteur – ce qui est généralement le cas, car rappelons-le, il s'agit de l'expertise des traducteurs avant tout. Tout écart ou ambiguïté doit être corrigé pour garantir une traduction cohérente et précise. Des échanges entre le traducteur et le correcteur sont conseillés et même souhaitables. Traduire c’est souvent faire des choix, qui peuvent et doivent être discutés afin de garantir un résultat optimal.


Vérifier le lexique spécifique du texte


Certains textes relèvent d’un lexique spécifique, lié à un domaine particulier, comme le médical, le juridique, etc. Or, tous les traducteurs ne sont pas forcément experts dans ces domaines. S'il n'est pas rare que les traducteurs, comme les correcteurs d'ailleurs, se spécialisent, parfois on fait appel à des traducteurs généralistes pour des textes pourtant techniques. Dans ces cas-là, recourir à un correcteur pour vérifier la terminologie utilisée dans la traduction et s'assurer de sa pertinence et de sa cohérence avec le domaine traité est essentiel. Les bases de données de mémoires de traduction peuvent être utiles pour garantir une terminologie adéquate, mais elles ne remplacent pas la compétence et la vigilance du correcteur. Celui-ci doit s'assurer que les termes techniques sont correctement traduits et que le vocabulaire utilisé est approprié au contexte.


Corriger le texte, tout simplement !


En effet, les traductions doivent aussi être corrigées, comme n'importe quel texte. C'est-à-dire vérifier les oublis, les fautes de frappe, les erreurs de grammaire, de syntaxe, d'orthographe et de ponctuation. C'est le niveau de correction le plus élémentaire mais crucial, car personne ne peut se targuer de ne jamais pécher par inattention.


Les difficultés de la correction d'une traduction


Lorsque l'on décide de corriger une traduction, plusieurs difficultés spécifiques se posent.


Respecter le texte source


La correction d'une traduction nécessite de respecter le sens et l'intention du texte source, tout en adaptant le texte à la langue cible. Cela peut être un équilibre délicat, surtout lorsque des expressions idiomatiques ou des concepts culturels doivent être traduits. Le correcteur doit veiller à rendre le texte compréhensible et accessible au public, sans empiéter sur le travail du traducteur. Là encore, la communication entre ces deux professionnels doit être de mise.


S'adapter à son public cible


Un texte peut avoir été rédigé pour un public spécifique dans la langue source, mais sa traduction doit s'adapter à un nouveau lectorat dans la langue cible. Il est donc important de prendre en compte les différences culturelles et linguistiques pour assurer une communication efficace. De la même manière, il faut prendre en compte la raison qui a conduit à la traduction. S'agit-il d'une fiction à traduire ? D'un texte que l'on étudie pour comprendre les différences culturelles entre deux pays ? D'un manuel technique ? Selon l'objectif visé, la traduction ne sera pas la même, et la correction non plus. Le correcteur doit se mettre à la place du lecteur cible et s'assurer que le texte est adapté à ses attentes et à ses connaissances.


Respecter la terminologie


Dans le cas de traductions techniques ou spécialisées, il est primordial de respecter la terminologie spécifique au domaine traité, d'employer le bon mot au bon moment. Les correcteurs doivent donc posséder les connaissances adéquates pour s'assurer que la traduction est précise et cohérente. Ils doivent être attentifs aux termes techniques, aux acronymes et aux expressions propres au domaine, et veiller à les utiliser de manière appropriée et cohérente dans tout le texte.


Trouver le bon style et la bonne tonalité


Chaque langue a ses propres règles de style et de tonalité, qui peuvent varier selon le contexte et le public visé. Le correcteur doit adapter le texte pour qu'il corresponde au registre approprié dans la langue cible, qu'il soit formel, informel ou technique, tout en préservant l'intégrité du message. Cela implique de choisir les mots et les expressions qui transmettent le ton et le style souhaités par l'auteur du texte, tout en respectant les normes linguistiques de la langue cible.


Traducteurs et correcteurs, mêmes défis


Les traducteurs et les correcteurs sont souvent confrontés aux mêmes problèmes dans leur travail. Il est toutefois important de se souvenir qu'ils ne sont pas interchangeables ni remplaçables. Pour que la traduction d'un texte soit réussie, ils doivent travailler main dans la main afin d'offrir le résultat le plus juste possible. C'est grâce à leurs expertises complémentaires qu'ils permettent la réussite des projets de traduction et la diffusion efficace du message dans différentes langues et cultures. La correction est une étape incontournable pour améliorer la qualité et l'efficacité de toute traduction et permettre aux lecteurs, dans la langue cible, de comprendre et d'apprécier pleinement le contenu.

10 vues0 commentaire
bottom of page